Comment réussir sa transition capillaire du défrisage aux cheveux naturels ?

transition

Dans le monde des naturalistats, il y a 2 courants concernant le retour au naturel :

– le courant des big-choppeuses

– le courant des transitionneuses.

Le Big chop, le fait de couper ses longueurs défrisés et de garder ses cheveux courts, n’est pas le sujet de cet article, nous on va s’attarder sur la TRANSITION, le fait de passer graduellement au naturel.

La transition, c'est quoi ?

La transition, c’est quand on décide de retourner au naturel et d’arrêter de continuer à avoir des pratiques non-naturelles, comme le défrisage, le lissage thermique, la coloration par exemple. Faire un transition veut dire laisser cohabiter sur sa tête 2 types de cheveux différents, d’un part vos cheveux naturels et d’autre part vos cheveux abîmés (défrisés, colorés, ou lissés). Cette cohabitation dure un certain temps jusqu’à ce que vos cheveux naturels soient assez longs pour vous. A la fin de cette période de transition, on coupe les bouts abîmés.

L’avantage de la transition c’est de ne pas avoir la frustration d’avoir les cheveux courts et de pouvoir faire des coiffures différentes avec des cheveux plus ou moins longs.

La décision de faire un Big Chop ou une transition est complètement personnelle, ça dépend de vos préférences, de votre niveau de confort et de l’état de vos cheveux. si vous avez l’habitude des cheveux longs, le Big Chop peut s’avérer traumatisant et peut même vous inciter à retourner dans vos anciens travers pour avoir des cheveux lisses. Par contre, si vous avez l’habitude de changer de tête et que vous aimez le changement, alors le Big Chop est pour vous. Mais attention, si vos cheveux se cassent ou que vous subissez un perte de cheveux importante, alors la transition n’est peut-être pas la bonne solution. Si vos cheveux sont trop abîmés, la cohabitation de 2 textures peut être fatale à la santé de vos cheveux.

Comment commencer sa transition ?

1. Si vous avez les cheveux défrisés, jeter vos pots de défrisage pour couper court à toute tentations ! Ne chercher pas à les cacher ou à demander à quelqu’un de les garder chez lui. Juste jetez-les. Durant les premiers jours et quand les cheveux naturels commencent à bien pousser, la tentation de retourner en arrière est trop forte, ne faite donc pas l’erreur de laisser un pot de défrisage à portée de main, ça serait trop bête de devoir tout recommencer.

Si vous pratiquez le lissage thermique, alors mettez mes outils chauffants hors de vue ou encore mieux, demandez à un(e) amie de les garder chez elle/lui. Tout ceci, toujours dans un souci de ne pas être tenté. Si vous devez vous déplacer chez votre ami(e) pour pouvoir vous lisser les cheveux, le trajet vous dissuadera surement de faire un lissage.

2. Si vous venez tout juste de commencer votre transition, alors concentrez-vous sur les bonnes pratiques plutôt que sur les produits. Il faut que vous ayez les bons outils à disposition dès le début. Et croyez-moi, les produits seront toujours disponibles en tout temps ! Donc commencez plutôt par acheter une taie d’oreiller en satin, un foulard en satin, des chouchou en satin, un bonnet en satin, un protège-cheveux en satin pour bonnet classique ou bonnet de piscine, des bandeaux en satin pour le sport ou pour vos coiffures, un peigne à larges dents, etc. Apprenez aussi les bonnes pratiques d’hydratation et de scellage d’hydratation. débarrassez -vous de tous les produits dont vous n’aurez plus besoin. Apprenez les véritables besoins de vos cheveux naturels.

3. Le point le plus important : traiter votre ligne de démarcation avec la plus grande délicatesse. La ligne de démarcation avec vos cheveux naturels doit être protégée, sans ça votre transition peut complètement être sabotée. Ce point où les cheveux naturels se mêlent aux cheveux abîmés est le point le plus affaibli de vos cheveux, il peut se casser très facilement. De toute façon, certains de vos cheveux se casseront à la ligne de démarcation , c’est inévitable, mais il faut limiter la casse. Toutes les naturalistas et toutes les transitionneuses ont les cheveux qui se cassent, mais la gravité de la casse dépend du traitement que vous infligez à vos cheveux. si vous avez les bonnes techniques d’hydratation et que vous prenez soin de votre ligne de démarcation, alors il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour la transition.

Combien de temps doit durer ma transition ?

La durée de votre transition est une décision qui vous incombe. Certain(e)s font une transition de quelques mois d’autres de quelques années ! Sachez que vous n’êtes pas pressé, vous couperez quand vous serez prête, quand vous trouverez que vous avez un bonne longueur de cheveux naturels, une longueur avec laquelle vous êtes à l’aise surtout. Ce qui faudra prendre en considération :

1. La vitesse de pousse de vos cheveux. La vitesse de pousse moyenne est de 1 cm par mois. Votre vitesse de pousse se situe peut être en-dessous ou peut-être au-dessus, quoi qu’il en soit cette vitesse déterminera la durée de votre transition. Par exemple, si vous voulez couper à une longueur de cheveux naturel de 12 cm, alors si votre vitesse de pousse est de 1 cm par mois, vous savez qu’il vous faudra à peu près 1 an de transition.

2. Le style de coiffure que vous voulez adopter. Si vous faites partie de ces personnes qui peuvent garder une coiffure protectrice pendant des mois, alors vous pouvez faire une longue transition sans problèmes !  Pour ceux qui n’y arrive pas, déterminez comment vous pourrez vous coiffer. Plus vous avez un large choix de coiffures et plus la transition se fera sans douleur.

3. Sachez que les cheveux courts sont plus sujets au “shrinkage”. Ils rétrécissent plus facilement que les cheveux longs. Donc quand vous définissez la longueur que vous souhaitez, ajouter toujours 1 cm ou plus à votre objectif.

4. Votre patience. La transition est un jeu de patience. Certes il y a des petits coups de pouce pour accélérer la pousse (massage du cuir chevelu, huiles essentielles, compléments alimentaires) Mais ce n’est pas avec ça que vos cheveux vont pousser de 20 cm en une nuit ! Plus vous êtes patient(e) et plus vous pourrez faire une longue transition.

Dois-je vraiment couper mes cheveux à un moment donné ?

Malheureusement, une fois que vos cheveux sont abîmés, ils le sont pour toujours. Il n’y a aucun produit, aucun traitement qui peut réparé un dommage capillaire (chimique ou thermique). MAIS, il existe des produits qui peuvent réparer vos cheveux temporairement et/ou de manière superficielle. Par exemple, si vous avez brûlé vos cheveux avec votre fer à lisser et que vos cheveux ne bouclent plus comme avant, vous pouvez faire un soin protéiné du type ApHogee – Two Step Protein Treatment – Traitement de Protéine deux-étapes. Mais il faut savoir que même avec des produits hydratants ou protéinés, vos cheveux ne seront jamais plus comme avant. Surtout si vous aviez l’habitude de vous lisser les cheveux ou de vous défriser très souvent.

Donc au lieu de gaspiller votre argent dans l’achat de produits qui n’y changeront rien, concentrez-vous sur ce qui marche à coup sûr : couper les longueurs abîmées !

Des exemples de cheveux abîmés :

Cheveux abîmés par les lissages thermiques
Cheveux abîmés par les lissages thermiques

La photo montre que les pointes sont moins bouclées que le reste. Les dommages thermiques viennent d’une utilisation (ponctuelle ou répétée) d’outils chauffants trop chauds pour les cheveux. Ces outils trop chauds font fondre la protéines des cheveux (la kératine) et rendent les cheveux plus fins, plus secs et plus cassants. La fonte de la kératine fait que les cheveux perdent leurs boucles et ont du mal à absorber et à retenir l’hydratation.

Cheveux abîmés par le défrisage
Cheveux abîmés par le défrisage

La photo montre la différence entre les cheveux naturels et les cheveux défrisés. Les pointes sont extrêmement fines. Ce n’est rien comparé aux autres dommages causés par le défeisage : brûlures, cicatrices, alopécie,… Les défrisants incitent le cortex à gonfler pour isoler et séparer les liaisons protéiniques. Les liaisons sont alors cassées et se réorganisent dans une configuration, moins résistante, qui donne les cheveux lisses.

Cheveux abîmés par les colorations permanentes
Cheveux abîmés par les colorations permanentes

Les cheveux sont secs, fourchus et manquent d’élasticité. Les cheveux colorés (surtout dans une teinte plus claire que sa couleur d’origine) subissent un soulèvement de leur cuticule et une dissolition de leur mélanine lors de la coloration. Le fait que les cuticules restent soulevées après application du colorant entraîne cheveux secs, manque de rétention d’hydratation, cheveux peu résistants et casse.

2 Commentaires sur “Comment réussir sa transition capillaire du défrisage aux cheveux naturels ?

  1. Nayé says:

    Salut moi je suis sur le point d’entamer ma transition mais problème,’je sais pas comment m’y prendre. Dernièrement j’ai defrisser mes cheveux sa va faire 4/5 mois environ et mes cheveux se sont complètement casser, on vas dirt que devant ils sont longs un peu puis au milieu du cuire chevelu totalement cour et vers l’arrière je dirais un peu près la même taille que devant. Je comptais partir dans un sallon de coiffure pour cheveux afro mais je ne trouve pas, tu pourrai me conseiller sur certains lieu ainsi que me donner certains conseille sur mes cheveux stp .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *